Savoirs du Faire


« Nos désirs font désordres » alors que dire de nos savoirs ! 

Depuis très, très, très longtemps les savoirs faire ont été minimisés, invisibilisés et niés par les ceux et celles en charge de nos institutions patriarcales. 
Les savoirs-faire forgés par les féministes sont tout particulièrement ignorés. 
Pourtant nos « savoirs du faire », comme il nous plait de les nommer, sont indispensables à notre bien-être, à notre bonne santé, à notre émancipation individuelle et collective… 
Ils nous servent à décupler nos plaisirs !


Alors nous te proposons de découvrir quelques-uns de ces « savoirs du faire » à partir des retours d’expériences de nos ateliers. 
Nous avons co-produit quelques-uns de ces savoirs. 


Ici l'atelier de gravure au Centre LGBTQIF le J'en Suis J'y Reste à Lille 
mené par les membres de la commission santé F. en 2012.


Exemple d’expériences de « Savoirs du Faire » : 

                 Les ateliers clito vulves et autres libellules du Collectif lesbien lyonnais.


Ces ateliers, menés de 2017 à 2018 au nombre de 6 jusqu’à présent, ont permis de fabriquer des organes internes et externes en pâte «fimo» faite maison, sans couleur prédéfinie (blanche) et/ou en couleurs. 
Les ateliers donnent à voir des exemples comme source d’inspiration, mais non comme modèle à suivre. La pâte déjà prête à l’emploi, est autodurcissante à l’air libre, elle met une semaine pour bien sécher selon le volume des productions. 
Des brochures sont disponibles et à consulter sur place, pour les personnes qui veulent juste regarder ou s’imprégner de l’ambiance.
L’origine de ces ateliers est issue de remarques peu valorisantes à l’égard de nos organes tantôt mal aimés voire méconnus. 
Ces derniers peuvent aussi être source de souffrance, de frustration ou de malaise. 
Notre attention et notre tendresse pour ces plis, replis et pilosités ont transformé, autant que possible, notre imaginaire collectif par une courte et humble visite guidée et ont mis l’estime de soi au cœur de nos savoirs et de nos pratiques plastiques.



À l’heure où bon nombre de créations se dématérialisent il est plus que jamais primordial d’ancrer nos luttes dans un espace sensible, un espace indicible où nos souvenirs, nos peurs et nos espoirs peuvent se réconcilier. Le faire en tant que catharsis se révèle multiple tout comme nos désirs ... tout comme nos corps. 
L’atelier a mis en lumière notre imaginaire le plus riche, transformant des expériences douloureuses ou des émotions plus ou moins désagréables en plaisirs nouveaux. 

La maîtrise de nos représentations peut permettre de canaliser nos sentiments les plus forts en énergie positive pour accéder à l’empowerment. 
L’espace de ces ateliers ont vu se succéder des instants paisibles et confiants, mais aussi remplis d’humour et de doute... avec le même désir d’affirmation à chaque fois. Les mots sont parfois trop peu pour exprimer nos identités multiples et mouvantes.


C’est pourquoi nos créations sont aussi sources de plaisir. 
En effet nos sensations sont le sujet d’expérimentations plastiques par le modelage, qui deviennent une connaissance de nous-mêmes.




D'autres Savoirs du Faire seront bientôt partagés via cette rubrique.
Contactes nous si tu as envie d'enrichir cette rubrique.